Décryptage de l’impact de la première minute de Nicolas S. au 20 h de Fr2 – Dimanche 21/09/14

Par défaut

Décryptage :

La première minute de Nicolas Sarkozy

Invité du journal de 20 h de Fr 2 – Dimanche 21/09/14

Vu /entendu / senti Décrypté Suggéré
1ère phrase : Bonsoir, « merci de m’avoir invité » Flatté, un peu « sur joué »,  Voulant mettre le journaliste avec lui Plus sobre
Sourire Bien, important Rien de mieux
Ne se tient pas droit Pas d’assise Se redresser
Voix posée, pleine A l’aise Pas mieux
On ne voit pas ses mains A l’air manchot, Ne sait pas ce qu’il en fait Demander un cadrage moins serré ou montrer ses mains dès le départ
Regard non dirigé vers le journaliste, vers la gauche N’est pas en contact avec le journaliste, peut faire souvent référence au passé Regarder le journaliste dans les yeux
Gestes trop rapides, trop furtifs, pas pleins Effet diesel, se chauffe Echauffer ses muscles du bras avant
Mouvements parasites Rempli , de rajoute rien, brouille le message  Contrôler plus son corps
Gestes de tête Trop de mouvements Brouillent le message Tête plus droit et plus »alignée »
Bras tombant Ne « tient pas » ce qu’il dit Faire des gestes pleins et finis
Haussements des épaules Ne contrôle pas son corps Contrôler son corps en le tirant vers le haut
Garde le poing fermé Retient quelque chose Garder la main ouverte
Lèvres pincées Ne dit pas tout ce qu’il pense Libérer sa bouche
Parle en faisant des élisions, fautes de français ex : « fais l’bilan » « ne répondait pu » Populaire, ou voulant faire populaire Faire attention à son langage
Beaucoup de tics Nerveux sans vouloir le montrer Accepter les émotions et l’enjeu
Pointe souvent du doigt Signe d’attaque (pistolet) Ouvrir la main
En passant

 

RAPPEL : Invitation Café Dirigeants PROT-PARTNERS 

 

CONFIANCE ET LEADERSHIP

Comment se crée et se pérennise la confiance entre un leader et son équipe ?

 

Dans le contexte actuel de perpétuel changement, la confiance est indispensable au leader pour entreprendre et manager: confiance dans un projet/vision, confiance dans chacun des membres de l’équipe et confiance dans le groupe.

Nous souhaitons apporter un éclairage sur cette relation entre confiance et leadership dans le monde de l’entreprise:

–       Comment continuellement cultiver sa confiance de Dirigeant et la confiance des autres ?

–       Comment entretenir cette confiance dans le projet du leader ?

–       Quelles synergies entre confiance et leadership ?

 

Luc de Belloy et Sabine Jordan-Dassonville nous feront partager leur expérience et leur réflexion afin d’apporter des éclairages nouveaux sur ces questions déterminantes.

Ensuite, au cours de ce petit-déjeuner/débat, un échange aura lieu entre les participants, tous Dirigeants venant de secteurs variés. Ils partageront leurs expériences et convictions afin d’explorer de nouvelles pistes de réflexion.

                                                                                          

Le nombre de places étant limité, nous vous remercions de bien vouloir confirmer votre présence par retour d’email à

cafe-dirigeants@prot-partners.comdès que possible.

 

Nous aurons le  plaisir de vous accueillir le jeudi 10 avril, de 8h30 à 10h00 précises, dans l’espace privatif des

 

Salons de la Maison Christofle

9, rue Royale

75008 PARIS

 

                          Luc de Belloy, Olivier Chauchet, Evelyne de Franclieu, Marina de Prémonville, Eymeric Prot, Bernard Weil

 

 

1er contact : 1ère minute !

Par défaut

C’est lors des trois premières minutes d’une rencontre que tout se décide !!

Trois conditions pour réussir ce premier contact : faire bonne impression durant les 3 premières secondes, puis donner envie durant les 30 premières secondes et enfin susciter de l’intérêt durant les 3 premières minutes.

 1 – Faire bonne impression  durant les 3 premières secondes

Comme l’a dit un auteur célèbre nous ne pouvons jamais faire deux fois une première impression. Selon moi, nous devons dans les 3 premières secondes donner une bonne impression. Cela peut s’apparenter à  une impression photographique. La photo est une empreinte d’une énergie lumineuse sur du papier argentique. La vision d’une personne est l’empreinte d’une silhouette, d’un visage, sur la surface émotionnelle de chacun d’entre nous. Cette impression est aussi fulgurante et fugace que le procédé photographique. Le temps de ce procédé dure quelques secondes. Pas plus de 3 secondes.

Cette impression doit, par ailleurs, agir  à 2 niveaux : vis-à-vis de l’autre qui est devant nous et également vis-à-vis de soi-même, dans le but de  construire la  confiance en soi au cours des  premières secondes. C’est cette énergie intérieure, mélange de force et de confort, qui nous permet de faire un bon départ, de tenir face à l’adversité et de capitaliser sur ces « micro succès » pour réussir une prestation ou la rendre aussi performante que remarquable.

2 – Donner envie durant les 30 premières secondes

Le mot envie porte bien son sens et sa force en lui-même, il signifie bien « en vie, donner vie aux choses. Nous devons donner envie à l’autre de continuer sa relation avec nous, quelle que soit sa nature: marchande, amoureuse, hiérarchique, esthétique… Donner envie c’est susciter quelque chose  qui va inverser le processus de « vente de soi ». Ce n’est plus moi qui vais dire : « regardez comme vous avez besoin de moi », mais l’autre qui va se dire à lui-même : «  c’est vrai que j’ai besoin de lui ».

Cette envie, selon moi, doit être suscitée en moins de 30 secondes,  sinon à l’époque du « zapping » que nous connaissons aujourd’hui, l’autre va très rapidement nous zapper. Ce zapping peut s’exprimer extérieurement, soit en détournant son regard, soit  en commençant une autre activité. Par exemple dans un cocktail, prétexter devoir écrire un sms, passer un coup de téléphone, faire signe ou parler à quelqu’un d’autre. Il peut aussi s’exprimer  intérieurement : c’est comme si votre interlocuteur avait mis en position « silence » ou « secret » la conversation que vous avez avec lui. Il ne vous écoute plus, parfois même, il ne vous entend plus, tellement il a décroché de « l’envie » de vous écouter. Il a transféré son envie de vous écouter sur autre chose, sur  un autre sujet.  Le zapping intérieur est encore pire car, on ne se rend pas compte, sauf à être très attentif, à la cohérence de son interlocuteur.

Pour donner envie, il faut, d’une part donner autre chose que des mots, d’autre part  il faut que ces mots eux-mêmes soient plein de vie, de sens. Et comment donne-t-on la vie ? : par le souffle. C’est le souffle et donc la respiration qui va donner relief et substance aux mots. Il faut donc pendant  les 30 premières secondes « respirer » ses mots. Pour respirer ses  mots, il faut faire des silences entre les  mots. C’est pourquoi, je recommande pendant ces 30 premières secondes, peu de mots, beaucoup de respiration.

3 – Susciter de l’intérêt durant les 3 premières minutes

Après avoir donné une bonne impression et l’envie d’être écouté, il faut penser à susciter de l’intérêt pour transmettre son message. Il est nécessaire de mettre en œuvre au moins 3 éléments : rester soi même, rester à son meilleur niveau et transmettre  son message.

 

Après ces 3 minutes : le « tour n’est pas joué » mais :

– Vous avez 70 à 80% de chances d’atteindre votre résultat,

– Vous devez vous taire et laisser votre interlocuteur  s’exprimer (ou réagir),

– Vous devez sentir l’inversion du processus de soi ou de l’envie donnée à autrui dont je parlais précédemment.